Zelda et Scott Fitzgerald : une histoire d’amour et de folie en Suisse

Jon Monnard a publié un premier roman, Et à la fois je savais que je n’étais pas magnifique, aux éditions L’Âge d’Homme en 2017. Une bourse littéraire de l’État de Fribourg lui a ensuite permis de mener des recherches pour son second livre. Ce nouvel opus, qu’il vient de terminer, porte sur le séjour que l’écrivain états-unien Scott Fitzgerald et son épouse Zelda ont effectué en Suisse en 1930-31. Pour des raisons de confidentialité, il ne peut pas (encore !) nous livrer son titre. Mais il nous explique dans cette interview avec l’historienne Aude Fauvel pourquoi il s’est intéressé à cette période sombre de la vie du couple, puisque c’est en Suisse, à la clinique de Prangins sur les hauteurs du lac Léman, que Zelda fut internée pour la première fois en 1930.

Read More

Le retour

Lundi, huit heure et demi. Alice est toujours la première arrivée dans la salle d’activités. Les infirmières la saluent, le weekend s’est bien passé ?
Parfait parfait.

Elles s’énerveront plus tard, après avoir constaté qu’elle a encore diminué. Mais en ce début de matinée, elles lui sourient. Alice a trouvé un endroit où exister. Sur le bureau, elle sort ses crayons, ses carnets pour patienter. Elle attend le moment où Fiona fera son entrée.

Read More

Krakatoa

Âtre enclavé d’ordures ou pur purin en purée clastique qu’empire en coulure pyroclastique de mes méninges abstruses, fumeuses vomissures de mes raisonnements ardents entre mes commissures circonscrits, je suis perdu, paumé, prostré, recroquevillé dans un coin obscurément éclairé à la lueur de mon magma cervelet, quand tout à coup la fêlure, la cassure, la fissure, la brutale ouverture, et face à la faille, à défaut d’entrailles, je défaille et m’efface… 

Read More

Entendre crier les fous (Montréal, 1961)

En ce mercredi 16 août 1961, l’ouvrage fait la une des principaux quotidiens montréalais. La Presse en résume le contenu d’un titre cinglant (et quelque peu racoleur) : « Cauchemar : UNE ANNÉE chez les fous »1Jacques Pigeon, « Cauchemar : UNE ANNEE chez les fous », La Presse, 16 août 1961, p. 1..

Read More

Edito du numéro 4

Chaque année, nous publierons deux numéros : l’un thématique – c’est le numéro 3, sur les maternités – l’autre Varia, c’est-à-dire composé d’articles et d’œuvres volontairement hétérogènes, voire hétéroclites.

De quoi se compose ce numéro 4 ? De notes de lectures sur les manières de pratiquer le polyamour de manière éthique, d’un entretien fictif – on ne se refait pas – avec Hervé Guibert, d’une bande dessinée sex-positive, d’une étude de la figure érotisée de la nourrice, d’un dialogue mystique érotico-poétique et d’un entretien avec une artiste qui utilise pour créer son sang menstruel.

Il contient aussi deux textes écrits en miroir par des amoureuses (il faut lire d’abord l’un, puis l’autre), le programme d’une conférence en ligne sur l’art, la culture et l’activisme queer et enfin un article sur la mémoire des émeutes de Stonewall dans le mouvement LGBTQ+ français.

Quelques mots, enfin, pour vous remercier de votre soutien moral et financier, qui nous est essentiel, dans la mesure où nous sommes bénévoles et où nous nous refusons à accueillir toute publicité. Pour rappel, vous avez désormais la possibilité de faire un don ponctuel ou bien mensuel.

Les nourrices érotisées

L’érotisation de la figure de la nourrice au XVIIIe siècle

Cet article fait suite à celui-ci, sur la nourrice néfaste.

Il y a peu, la chercheuse en littérature Katell Lavéant publiait un billet sur le blog de la Société bibliographique de France dans lequel elle mettait en évidence qu’un texte érotique du XVIe siècle, La Source du gros fessier des nourrices, avait été republié à la fin du XVIIIe siècle en se donnant l’apparence d’être une édition du début du XVIIe siècle1Katell Lavéant, « Curieux mélanges : les fausses pistes chronologiques d’éditions de livres licencieux », Histoire du livre, https://histoirelivre.hypotheses.org/6215, consulté le 16 février 2020.. Cela nous montre la permanence de l’érotisation du personnage de la nourrice, qui avait donc la réputation d’avoir non seulement la poitrine mais aussi le fessier très développés, deux parties du corps féminin fortement érotisées dès la Préhistoire, si l’on en croit les sculptures de Vénus paléolithiques qui nous ont été transmises. 

Read More

Le cinquantenaire des émeutes de Stonewall

En Marges – Bonjour Camille, nous commémorions en 2019 le cinquantenaire des émeutes de Stonewall, peux-tu nous expliquer ce qui s’est passé dans la nuit du 28 juin 1969 dans ce bar, le Stonewall Inn ?

Camille Morin-Delaurière – Le bar de Stonewall Inn est situé dans un quartier prisé par la culture de nuit homosexuelle sur Christopher Street à New York aux Etats-Unis. C’était un lieu de fréquentation éclectique de personnes LGBTQ – des lesbiennes et gais y fréquentaient des personnes trans, des travesti·es, des drag queens etc. – et d’autres populations marginalisées, qui venaient s’amuser et se rencontrer dans un des rares lieu de la ville où elles étaient acceptées. Dans la nuit du 28 juin 1969, une descente de police eut lieu.

Read More

Arts, Cultures et Activismes LGBTI et Queer – Conférence en ligne

Organisée par Mélodie Marull et Louise Barrière, deux chercheuses de l’Université de Lorraine, la conférence internationale « Arts, Cultures et Activismes LGBTI et Queer » se veut un événement permettant de penser des passerelles entre recherche universitaire et militantisme LGBTIQ de terrain. Organisé à distance au mois de Juin 2020, l’événement réunit sur son site internet les contributions de chercheurs, chercheuses et militant·e·s venu·e·s de France, d’Allemagne ou encore des États-Unis pour discuter des cultures LGBTI et queer. 

Read More

Dans la cuisine

J’épluche des légumes. J’épluche des kilos de légumes. Je songe déjà à ce que je vais en faire, comment je vais les découper, les cuire, les assaisonner, les assembler. Tout ça va être bon. Je rêvasse. Je me coupe un petit peu. 

Le monde s’angoisse, mais moi je coupe mes légumes. Les odeurs des plats du jour flottent dans la cuisine. On se prépare, mais je sais qu’il n’y aura pas grand-monde. Comme hier en fait. Les annonces de jeudi ont fait fuir les clients. La patronne pensait que beaucoup voudraient profiter de ce dernier week-end avant d’avoir les enfants à la maison, sortir, vivre. Je ne crois pas que les gens du coin réagissent à l’angoisse par des pulsions de vie. Je présume plutôt qu’ils sont dans la pulsion de consommation, en train de faire des réserves dans les supermarchés. 

Read More

Sur la route

Je jette mon sac dans le coffre sur un tas de bric-à-brac entassé rapidement. Six-cent kilomètres à faire avec la fatigue du déménagement. Seule. Ça sent l’humidité du Nord, les briques rouges de la ville, ça sent le week-end et l’anxiété des dernières nouvelles à la radio.

Un mois que je ne l’ai pas vue. Un mois qu’Elle me manque tous les jours, trois fois par jour. Un mois qu’on se dit qu’on s’aime à distance sans pouvoir se toucher. C’est long un mois d’amoureuses. Du coup je vais définitivement les rouler ces six-cent bornes. 

Read More