Terre de guerres

Le ciel est gris
La terre est grasse 
Comme dans une crevasse
Je m’enfonce dans la fange

Read More

Marina 1978

Infirmière venue s’immerger dans l’île asilaire de Léros, Grèce, en compagnie de
l’équipe de Trieste, Italie, où l’on avait imaginé avant la loi l’abolition des asiles.

Le jour où j’arrivai à Léros je remarquai que tout le monde portait le même habit.
Les cuisines étaient pleines
et la peine
n’était pas un affect connu dans le village.
Les paroles brouillaient par leur chaleur la ligne de l’horizon
l’eau scintillait doucement
et les rires montaient au ciel.
Le jour où j’arrivai à Léros je traversai l’île
d’un bout à l’autre.
Je traversai
jusqu’à l’envers du monde.
Là-bas
La mer, le sol étaient pareils
et pourtant tout avait changé.
J’avais fait le passage
et les confins m’accueillaient
en me désorientant.

Read More

Cosmique

Ton agressivité et ta violence

Tentatives de voler ma peau, de détruire ma joie, d’abîmer mon esprit

En destituant mon corps, en violant mon âme

Tu voulais gagner ma docilité, me discipliner, sans répit

Hyper-vigilante, tétanisée, méfiante

Souffle coupé, vidée, meurtrie

J’ai failli y passer

Mais…non !

Évasion, 

Sidération, moments aphasiques, 

Peinture, gestes muets par dessus le désespoir

Sur le chemin de la convalescence 

Se trouvent des paillettes cosmiques

Toutes couleurs du monde jaillissent des flammes de ma victoire

Renaissance de l’esprit, amour de soi et triomphe avec gloire ! 

Read More

Le corps sans nom

J’ai la nausée de mon corps : les poils sur mes mamelons, le bourrelet sous l’élastique de mes shorts, la molle blondeur de ma peau, les flaques de mes cuisses écrasées sur les chaises. Je demande plus, plus de disparition. 

D’un jour à l’autre, d’une heure à l’autre, je parcours des distances exténuantes entre dysphories et euphories. Mon corps change d’une façon incontrôlable, s’amenuise enfin, et cette perte de poids m’oblige à me rendre compte que je n’accepte pas plus mon corps mince que mon corps gros. Certains jours, je sens mes os, la chaleur et la douceur de ma peau. Je sens l’extérieur depuis l’intérieur et j’ai peur.

Read More

Hors-norme

Ton corps 

d’homme mal normé
d’un mauvais chromosome 

lancé sur la roulette 

où ta tête 

s’est arrêtée
roule encore 

coincée dans cette case 21,

Read More

Mutilé, corps en cliché

L’horloge étanche chaque fracture de nos corps,

Sa tempête méprise le cadrage et le passage à une poupée sage :

tel un brouillon qui se déracine de ses membres postérieurs

pour se balader hors des pages et de la commune beauté 

Read More

Amputer la langue

Amputer la langue. Ma phrase commencerait comme ça. Amputer la langue. Quand je dis langue, je dis Langue avec un grand L. La grande, la vraie, celle de tous les jours. La langue qu’on utilise, qu’on use à coups de mâchoires et de salive. La Langue de nos grands-mères et de nos grands-pères. Celle à qui l’on échappe en serrant les dents. Celle qui peut tout dire en un mot un seul. 

Read More

21 grammes

Tu ne peux ceindre mon cœur si tu ne peux encercler mes hanches
Trop de chair (dis-tu) trop de plis pour flotter
entre toi et le septième ciel

Je pourrais offrir à ta bouche son juste morceau
pas plus cela pourrait faire peur
Ton œil plus gros que mon ventre
n’en viendrait pas à bout
n’en ferait pas le tour
ne gagnerait le dos qu’avec un minimum
d’ardeur et de bonnes intentions

Read More

Le corps de la honte

Je mange ma colère.


13 ans. Les pâtes froides dans le tupperware en plastique blanc. Les biscuits volés. Les litres de lait. 16 ans. La razzia par l’argent de poche et la planque dans les vestiaires de la piscine. Dix ans de bouffe trouble et de trouble dans la bouche.

Read More

Six haïkus agenres

Tu as pris ma main
lorsque les flics ont gazé
le jardin d’enfants.

Le temps reviendra
que tu me craches au visage –
l’été avec lui.

Read More