Terre de guerres

Le ciel est gris
La terre est grasse 
Comme dans une crevasse
Je m’enfonce dans la fange

À l’ombre de la brume
Mon ressenti, une écume
Fragile la candeur
Souffle de braise et de fureur

Terre d’indigence, inconsolable
De l’enfance et du mépris
Terre d’absence, mémorable
De l’impatience et de l’ennui

Des routes, des fuites
Imaginaires et puis temporaires
Baume de soufre et caresse d’asphalte 
[interdite] 
Fierté en bière, errance de l’air 

Terre de négligence, poumon d’ordures
Gouffre de l’oubli
Terre de silence, cœur impur
De fantômes et de cris

La nuit est froide
Le jour est fébrile
Alanguie au bord de l’abîme
Je suis des anonymes

Des regards de glaise et de dégoût
Des figures de pierre, sévères
Des mains vagabondes, taches de boues
Des corps de cendres, délétères 

Nul doute, voici l’enfer
Terre de colère, terre de misère 
Ô râles maudits
Lit de terre, terre de vie 

Le soupir des ruines
Des stigmates aux lettres sanguines
Une écorchée assassine
Effroyable silhouette d’épines

Autel fatigué des litanies
Des rumeurs, juste un bruit
Chœur de pitié
Débris d’hostilité

Terre de désolation
Une existence en exil
Saveur des humiliations
Rien que des joies futiles

À la lumière des efforts
Ma place, un inconfort
Emblème des sacrifices et des souffrances
Ma place, une résistance

Je suis racine de guerres
Je suis terre de racines
Je suis terre de guerres

One thought on “Terre de guerres

  1. C’est magnifiquement écrit et très profond, cela me touche beaucoup. Le poème et les photos s’imbriquent et font comprendre tellement de choses. Je trouve que la beauté des photos fait ressentir également de l’émotion.
    C’est très beau ce que tu fais.

Répondre à DUBOIS Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.